Un Rayo de Sol

Fatigué du froid du nord? Viens au sud, l'Espagne est bien plus que le pays du soleil!
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jade Marshall
Mécanicienne fragile
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 10/02/2013
Localisation : Quelque part ... Perdu sur une route sûrement, j'ai beau avoir visité la ville plus d'une fois je n'arrive jamais à me repérer dans ce labyrinthe !

Vida privada
Age: 22 ans
Statut: Célibataire
Profession: Mécanicienne !

MessageSujet: Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]   Jeu 21 Fév - 21:56











C’est bien de rester à la maison pour boire du café, jouer au morpion sur son téléphone portable ou lire des livres, mais quand il fait trop froid comme aujourd’hui il n’y a rien de mieux que de sortir. Sortir, rire, courir, jouer et rencontrer pleins de monde avec qui discuter. Pas seulement car tu aimes sortir, parce que qu'évidemment il fait toujours aussi froid, mais aussi car tu veux éviter d’allumer le chauffage. Non pas que tu n’as pas assez d’argent pour payer l’électricité, loin de là. Plutôt que tu préfères dépenser plein d’argent dans les peluches et tout ce dont tu as envie. Maman et Papa refuse de toujours devoir te donner de l’argent, disant « Il faut que tu te débrouilles toute seule, que tu sois grande. »
Mais tu ne comprends pas, tu es déjà grande, et tu te débrouilles déjà seule. La preuve, tu as un chez toi, un travail qui te plaît et tu gères ton argent parfaitement !

Sautillant d’excitation, tu avais décidé d’aller te balader au musée pour son sens culturel et son calme, là-bas tu pourras y manger tranquillement sans risquer d’être bousculé par des petits enfants tout chou à qui tu voudras caresser la tête comme s’ils étaient des petits animaux. Ton sac étant troué –le chien du voisin de droite ne l’aimait décidément pas- tu avais dû emmener toute la nourriture nécessaire à la main. Du moins, les bananes qui étaient dans ta main gauche et le paquer de cookie dans les droites. Le reste qui se composait essentiellement d’Haribo trainait dans tes poches.
Ainsi donc, tu t’en allas au musée, pleine à craquer.

Arrivée à ta destiner, tu ne pus t’empêcher d’éclater en sanglots quand, même avec le plus d’amabilité possible, les gardes du corps te prièrent de te débarrasser de ce qui t’occupe les bras, et accessoirement de ne rien manger dans l’enceinte du musée. Mais la nourriture, tu en avais tellement besoin, maintenant. Les méchants n'avaient pas le droit de supprimer tes biens comme ils le faisaient ! Tu regard d'un air méchant la vieille femme toute ridée est trop maquillée, pour lui cracher maladroitement quelque mot.

« Espece de vieille folle, tu crois pouvoir manger toute mes provisions sans que je ne m'en rende compte ? tu me dégoûtes ! Tu ferais mieux d'aller faire la manche plutôt que d'agresser le mignon chaton que je suis ! Désoler de te le dire, mais je suis un animaux, c'est comme ça, tu peux rien y faire. »

Puis, profitant du silence qui régnait dans le musée pour t'excuser à la vieille dame, tu articulas niaisement des syllabes signifiant ton désaccord avec toi-même et ce que tu avais dit, le fait que tu sois un chaton qui a besoin d'une maman pour ne pas dire n'importe quoi et pour dire aussi que tu adorais le maquillage qu'elle avait sur le visage. Seulement, voila que la mamie ne semblait pas être attendrie par ton joli minois.







Dernière édition par Jade Marshall le Lun 25 Fév - 12:40, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juanjo Torrens Osuna
Artiste volage
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 14/02/2013

Vida privada
Age: 19
Statut: Célibataire
Profession: Futur photographe

MessageSujet: Re: Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]   Ven 22 Fév - 19:22

Juanjo avait passé la matinée à faire tourner en bourrique un prof, tout ça parce qu'il s'était fait passé pour lui en commençant un cours... déguisé en un vieux prof alors qu'il était jeune. Bon, la différence d'âge s'était bien vue puisque le véritable prof avait en réalité 30 ans et Juanjo s'était vieillit de... 40 ans, soit 59 ans en tout. Il s'en était d'abord pris au prof en lui faisant remarquer son retard et ensuite, il était parti de la salle de cours.

Le jeune homme s'était réfugié dans son appartement, un poil trop grand pour lui. Il pris la décision de passer une annonce dans le journal, pour accueillir un colocataire (ou une colocataire, ça n'avait pas d'importance pour lui). Juanjo n'était pas du genre bordélique, il ne laissait pas ses affaires traîner. Ses boxers étaient soit dans son placard soit dans la corbeille de linge sale mais en aucun cas sur le sol. Il avait tout de même un côté pudique et il n'aimait pas qu'on voit ce qu'il porte, niveau petites tenues. Il réservait ça à son petit ami (ou à sa petite amie, puisqu'il est bisexuel).

Juanjo se fit ensuite un déjeuner, étant midi passé et pour finir, il hésita entre se faire passer pour un élève afin de participer à certains cours sur la photographie ou aller au musée. Avant cela, il fallait qu'il se change, parce que rester dans la peau d'un vieux prof... c'était limite, surtout s'il voulait visiter le musée. Eh oui, le jeune homme venait d'opter pour la seconde solution. Il retira tranquillement son déguisement et il lui vint une idée : Il allait revêtir une autre tenue, celle d'un agent de sécurité. Il l'enfila donc rapidement avant de se rendre au musée.

Ce fut une fois sur place que Juanjo vit une jeune femme, qui semblait avoir pleuré. Elle était entourée de garde du corps et d'une vieille dame, qui voulaient vraisemblablement qu'elle vide ses poches. Il afficha une mine très étonnée : Où était le sac à main de la jeune femme ? Toutes les filles se promenaient avec, pourquoi pas elle ? Se reprenant bien vite, le jeune homme s'adressa à la vieille dame :

- Ohé, la vieille bique ! Elle t'a volé quelque chose la demoiselle ? Juanjo ne lui laissa pas le temps de répondre puisqu'il enchaîna : - Non ? Alors, pourquoi la faire pleurer ? J'aime pas voir d'aussi jolies filles en larmes.


Le jeune homme lui tendit un mouchoir et poussant les gardes du corps, il déclara :

- Je m'occupe d'elle, allez vous occuper ailleurs ! Et la vieille bique, que je ne te revois pas faire pleurer quelqu'un...


Il prit la jeune femme par le bras, en constatant qu'elle n'avait pas vidé ses poches, ce qui allait lui éviter une nouvelle crise de larme, et il l'entraîna à l'intérieur du musée. Pensant que Juanjo était l'un des agents de sécurité du musée, les gardes du corps et la vieille dame n'osèrent pas en placer une et le laissa entrer avec la jeune femme.

- Eh bien... c'est qu'il est bien surveillé ce musée ! Tu n'avais rien volé, hein ? Il lui jeta un coup d'oeil soupçonneux avant d'enchaîner : - Non, ce n'est vraiment pas ton genre. J'ai bien fait de prendre ta défense, ils en font toujours trop.


Juanjo se présenta, tout en passant la porte du musée :

- Juanjo Torrens Osuna. Juanjo pour te servir. Puis-je connaître ton prénom ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzebia Nowak
Patronne d'une pension
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 21/02/2013

Vida privada
Age: 34
Statut: Célibataire
Profession: Gérante d'une pension

MessageSujet: Re: Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]   Dim 24 Fév - 20:23


Qui a dit qu'on s'ennuie au musée !

Une belle journée d’hiver à Rioler, les hivers sont si doux ici comparés à ma Pologne natale, surement pas assez froid pour m’empêcher de sortir prendre l’air une fois que les tâches quotidiennes de la pension sont faîtes. Ce qui consiste essentiellement à faire un peu de ménage et à distribuer le courrier. J’avais épinglé sur mon frigo un flyer du musée concernant une exposition temporaire, ça m’avait attiré, je n’ai pas la prétention d’être une amatrice d’art mais certaines connaissances m’ont appris à l’apprécier. Un peu de culture ne fait de mal à personne et ma curiosité naturelle aidant il n’en fallait pas plus pour que je me décide.

Je grignotais vite fait une assiette de salade, avec des morceaux de poulet grillés encore tiède, en ce moment j’en suis folle, je me dis tant mieux, c’est moins calorique que d’autres choses… Direction le lave-vaisselle puis ma chambre pour me changer. Une robe tunique écrue avec un imprimé léger dans une matière vaporeuse, je ne l’ai pas encore portée mais j’avais flashé sur son côté bohême, une ceinture un peu large en cuir de couleur corail assortie aux couleurs de l’imprimé, pour faire ressortir ma ligne. J’ai juste peur d’avoir un peu froid alors j’attrape un collant opaque vert sarcelle, le résultat dans la glace me plait reste à prendre le bon sac, assorti à la ceinture s’il vous plait ! Ce qui veut dire transvaser toutes les affaires et dieu sait s’il y en a dans mon sac, j’en profite pour faire un peu de tri, retouche maquillage, chapeau cloche, en feutre du même vert que les collants. Encore un contrôle devant le miroir en chaussant mes bottines à talons écrues et me voilà prête, ne manque plus que mon manteau beige et en route à travers les rues de Rioler !

J’avais à peine déposé mon manteau au vestiaire du musée que des éclats de voix attirèrent mon attention curieuse je cherchais des yeux l’origine de ces cris qui perçaient le silence des lieux. Enfin la jeune demoiselle ne criait pas vraiment, mais vous savez dans un endroit aussi calme le seul fait de parler à voix haute semble bruyant. Une main devant mes lèvres j’esquissais un rire discret en écoutant sa tirade révoltée et légèrement décalée. Quel étrange petit personnage tellement … « frais » ? Oui je ne comprenais pas précisément de quoi il était question mais c’était rafraîchissant de la voir se confondre en excuse en marmonnant regrettant déjà de s’être emportée…

Si un jeune homme ne s’était pas porté à sa rescousse j’y serais volontiers allé moi-même, il y a quelque chose chez cette demoiselle qui appelle à être aidé plutôt que sermonnée. Seulement voyez-vous le service de sécurité d’un musée n’est pas payé pour faire ce genre de distinction, le règlement est le règlement. Il était étrange ce jeune vigile… il ne manquait pas d’aplomb mais ces manières laissaient à désirer, et surtout il agissait bizarrement. Et si moi j’avais des doutes celui qui était visiblement le responsable de la sécurité à l’entrée du musée semblait en avoir aussi vu le pli qui barrait son front. D’ailleurs sa voix grave s’éleva alors que les deux jeunes gens quittait la pièce…

- Hey vous deux là !!

Ça ne s’annonçait pas simple, et moi j’avais envie de leur venir en aide, parce que je les trouvais drôle, j’aime bien les rebelles du dimanche. Et pus on ne dit jamais non à une occasion de s’amuser n’est-ce pas !! Prenant une mine travaillée pour simuler un malaise et d’une démarche chancelante je m’approchais de l’armoire à glace qui se dirigeait vers les fuyards.

- Ohh.. excusez-moi.. je ne me sens pas bien... j’ai un malaise ! Aidez moi… s’il vous plait .. ?

Et me voilà accrochée à son bras, le regardant avec des yeux de biche effarouchée, séduisante même dans le malaise, si je vous assure qu’on peut le faire ! Stoppé dans son élan je le vois qui me fixe en plein conflit intérieur, je devine le duel entre l’homme et l’employé en lui. C’est drôle mais il ne faut pas rire !

- Ne vous inquiétez pas mademoiselle, vous devriez vous asseoir je vais vous aider !

Aah quel bon garçon, il mérite un sourire faible mais gratifiant. Et pendant qu’il met ses troupes en marche pour me trouver une chaise j’agite discrètement ma main avec un clin d’œil vers les deux resquilleurs. Qu’ils circulent je m’occupe de les faire oublier…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Marshall
Mécanicienne fragile
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 10/02/2013
Localisation : Quelque part ... Perdu sur une route sûrement, j'ai beau avoir visité la ville plus d'une fois je n'arrive jamais à me repérer dans ce labyrinthe !

Vida privada
Age: 22 ans
Statut: Célibataire
Profession: Mécanicienne !

MessageSujet: Re: Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]   Lun 25 Fév - 12:46











C'était vraiment gentil de la part du petit garçon de t'aider, tu appréciais vraiment, sauf que, vu sa tête, tu te doutais qu'il n'allait pas pouvoir te protéger longtemps. Il avait des cheveux blancs qui allait un peu partout, ils étaient très moches. Contrairement au tient, tes divins cheveux. Mais bon, tout le monde n'a pas la chance d'avoir une chevelure aussi belle. Non, en fait, il n'y avait pas que ces cheveux qui te picotaient les yeux, ses yeux, sa grosse trace de feutre sur la tronche, et ces habits noir et blanc franchement pas classe. Pauvre garçon, il était la mocheté d'un monstre incarné.
Mais ce n'était pas tout, non, il était absolument terrifiant. Il t'accusait non seulement de vol mais il te demandait, en plus, si aimablement ton prénom pour pouvoir appeler ton papa et ta maman quand tu seras en prison. Oh, il était vraiment, vraiment, malin. Mais heureusement, un garde du corps vous interpella, sûrement pour te rendre tes gâteaux et tes bananes que tu avais laissés sur le comptoir et mettre un coup de pied dans les fesses au Juanjo qui le méritait bien.

Rien de tout cela n'arriva, une pauvre dame, si magnifique, semblait ne pas se sentir bien. Le vigile se précipita de suite sur elle, voulant l'aider à se sentir mieux. Il fallait fuir tant qu'il était encore tant, mais cet appel à l'aide étrangement lancer alors que vous vous apprêtiez à l'aider -du moins toi, tu te fiches du vilain garçon avec toi- son oeil commença à genre clignoter et sa main ne bougeait plus.
Un malaise, c'est grave, il ne faut pas rigoler avec ça. Si ça se trouve, elle fait une crise cardiaque ou un truc dans le genre.

Tu courras à sa rescousse, courant justement jusqu'à ce qu'elle et faisant tomber des haribo partout sur ton chemin.

« Madame est-ce que vous allez bien ?! (Elle se fit asseoir et tu lui pris la main, agenouiller devant elle) Rester en vie ! Nous allons vous sauver ! Vous verrez, tout ira bien. Pensez aux personnes qui vous aiment et qui ... »

Cette femme était vraiment belle. tu aimerais lui ressembler quand tu serais grande.
Si tu la sauvais peut-être qu'elle voudra bien être ta grand-tante ! Ta grand-tante, ta vraie, tu l'aimes pas ! Elle se maquille même pas du coup elle a tout pleins de ride. Mais bon, d'un côté, tu l'as compris, elle veut rester naturelle. Mais pour qu'elle ait un petit copain, c'est sûr qu'il faut qu'elle fasse une chirurgie. Quoique Adamo t'a pris alors que tu ne te maquillais pas. Même maintenant tu te maquilles pas. Bizarre.

« Je m'appelle Jadeuh, et ... et-. Non mais lâchez-moi espèce de fou vous faite mal ! (un agent de sécurité te tirait dans le but de t'éloigner de la jolie Madame.) Je vais porter plainte vous verrez ! Ce n'est pas de la rigolade, allez lâcher moi. JE VAIS APPELLER MON PAPA IL VA VOUS DEFONCER, VOUS DECOUPER ET VOUS METTRE DANS UN SAC PLASTIQUE VOUS VERREZ MON PAPA ! Allez laisser-moi ... »

Tu ne pus t'empêcher d'éclater encore une fois en sanglots, alors que tu t'accrochais telle une vermine au mur. Tu ne voulais pas laisser la vieille dame jeune toute seule.
Pourquoi tout le monde était toujours trop vilain avec toi ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juanjo Torrens Osuna
Artiste volage
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 14/02/2013

Vida privada
Age: 19
Statut: Célibataire
Profession: Futur photographe

MessageSujet: Re: Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]   Lun 25 Fév - 22:11

Tout allait trop vite au goût de Juanjo : Une autre jeune femme venait de faire son apparition et cette dernière semblait malade, vu la scène qu'elle venait de faire aux gens qui voulaient les poursuivre, lui et la jeune femme qu'il avait sauvé des griffes d'une vieille dame. Cette dernière s'était d'ailleurs échappée de son étreinte pour porter secours à la jolie malade.

Et à présent, c'était lui qui était ennuyé par les acolytes de celui qui s'occupait de celle qui avait un malaise. Décidément... Juanjo soupira avant de se mettre à vider ses poches. Ainsi, il jeta sur le sol : Des billes, des Dragibus (de Haribo s'il vous plaît), la fausse barre -arme des agents de sécurité- qui ressemblait fort à une vraie et... tout ça fit déjà effet : Les vigiles se ramassèrent la figure en beauté sur le sol du musée et ils demeurèrent immobiles un long moment. Pendant ce temps-là, le jeune homme continua de tout balancer lorsque sa main s'empara d'une flasque. Tiens, tiens. Il avait même de l'alcool sur lui. Il ouvrit la bouteille pour boire au goulot et une fois vide, elle rejoignit le paquet qu'il avait fait sur le sol. Un vieux paquet de clopes, appartenant à l'un de ses amis, ainsi qu'un briquet subirent le même sort et... non. Juanjo n'avait plus rien sur lui, si ce n'est que ses vêtements bien sûr. Il lâchai tranquillement aux vigiles, qui avaient repris leurs esprits :

- J'crois que j'ai plus rien sur moi, ça vous suffit ou il faut aussi se déshabiller ?


Il fit semblant de retirer la boucle de sa ceinture avant de déclarer :

- Vous êtes peut-être allergique aux déguisements ? Bon, dans ce cas, problème réglé.


Le jeune homme, qui avait complètement délaissé sa protégée, reporta son attention sur elle, qui était toujours avec la jolie malade. Il reprit donc la parole pour dire à l'homme, qui semblait être le chef des vigiles :

- Je vous laisse vous occuper de mes femmes, je vais visiter le musée maintenant que je suis en règle.


Et Juanjo s'en alla, d'une démarche féline. Eh ouais, il avait plaisanté en formulant ses dernières paroles, mais il s'en moquait. Il se dirigeait vers les expositions de peinture, parce que mine de rien, c'était ce qui l'intéressait le plus dans le musée. Il n'y avait pas vraiment de photos à contempler en ce lieu alors autant se faire plaisir en admirant les peintures d'artistes disparus au lieu de perdre son temps avec sa protégée, qu'il avait encore vu pleurer. S'il s'en voulait de ne pas avoir aidé la jeune femme qui avait fait un malaise, il ne le montrait pas. Qui sait, peut-être qu'elles allaient le rejoindre là où il était parti. Encore fallait-il qu'elles sachent où il allait puisqu'il ne leur avait rien dit...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzebia Nowak
Patronne d'une pension
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 21/02/2013

Vida privada
Age: 34
Statut: Célibataire
Profession: Gérante d'une pension

MessageSujet: Re: Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]   Mer 27 Fév - 11:11


Qui a dit qu'on s'ennuie au musée !

J’avoue que je n’ai pas tout suivi à partir d’un certain point, d’un autre côté j’étais supposée avoir un malaise donc on ne peut pas m’en vouloir. J’avais quand même l’impression que ma manœuvre avait été plutôt lisible, mais visiblement j’étais la seule à en avoir compris le but puisque la petite demoiselle s’était mise en tête de me secourir au lieu de prendre la poudre d’escampette. Ce qui est adorable, stupide, mais adorable, et moi… moi j’avais envie de mourir de rire. C’était devenu tellement n’importe quoi cette histoire, je m’efforçais de baisser la tête une fois assise pour dissimuler mon irrépressible sourire et mes épaules tremblantes pourraient toujours passer pour des spasmes quelconques.

Le sol était jonché de bonbon colorés et d’un tas d’autres choses évadées des poches de je ne sais trop qui. D’ailleurs je crois que plus personne ne saisissait rien dans ce hall, du coup les vigiles agissaient chacun de leur côté. Chacun pour soi et dieu pour tous comme on dit… En résumé c’était le chaos ! Il me fallut quelques instants pour regagner un calme que je savais fragile, un nouveau fou rire menaçant à tout moment. Mon regard se porta sur la rouquine qui s’égosillait en menaces plus absurdes les unes que les autres, comme l’enfant qu’elle devait être, bien qu’elle n’ait probablement plus l’âge en théorie de se comporter de la sorte. Elle se cramponnait à tout ce qu’elle pouvait trouver comme un petit animal paniqué et en colère. C’est qu’ils allaient réellement lui faire mal à force.

Le garçon quant à lui semblait pouvoir se débrouiller tout seul, et puis entre nous la solidarité féminine l’emportera toujours… ou presque. Feignant de me remettre de ma prétendue crise j’adressais un sourire de gratitude à mon soi-disant sauveur, attirant son attention en lui tirant légèrement sur le bras. Qu’il cesse donc d’aboyer des ordres deux secondes.

- Excusez-moi, je me sens mieux, merci pour votre sollicitude… mais vous ne pouvez pas vous y prendre plus doucement avec cet enfant ?

Ce à quoi il me répondit en gros que ce n’était pas mes affaires et que ce n’était plus une enfant. Il avait l’air mi satisfait, mi agacé, il n’avait pas l’air d’apprécier qu’on mette en question ses méthodes.

- Moi vous savez, je disais ça pour vous, les gens qui regardent la scène ne tarderont pas à le raconter, et vous savez bien qu’il n’y a rien de plus facile que de déformer les choses… ce serait dommage pour vous qu’un journal titre que la sécurité du musée a usé de violence sur une jeune fille…

Réplique qui eut l’air de semer le trouble dans son cerveau, un peu primaire, vu le temps de réflexion, il regardait autour de lui pour voir les curieux qui commençaient à murmurer entre eux, certains n’avaient rien vu du début de la scène, et le seul spectacle devant leur yeux était celui d’une fille en larme traînée par une brute. Alors à regret, résigné, il me demanda si je pensais pouvoir faire mieux… question idiote.

-Dans un premier temps dîtes lui de la lâcher, ce n’est pas une terroriste, on ne fait pas sauter un musée avec des bonbons…

C’était ironique mais dit avec une voie douce presque enjôleuse, je ne voulais pas qu’il se vexe, juste qu’il réalise le ridicule de leur réaction démesurée. Il cria un ordre à l’attention de son subordonné qui relâcha à contre cœur le petit bout de femme qui avait mis en émoi tout un bataillon de vigile. Je me levais de la chaise et m’approchait d’elle en évitant les billes et les dragibus.

-Hey .. Jade ? C’est ça ? Tu peux arrêter de pleurer va, ils t’embêteront plus… promis !

Lui dit-je avec un sourire rassurant, avant de jeter un regard vers le responsable de la sécurité qui me répondit d’un geste signifiant qu’il abdiquait et par conséquent me laissait libre de m’occuper de a jeune fille, pourvu qu’elle cesse de se donner en spectacle.

-Tu vois, il t’as relâché, inutile de transformer ton père en tueur en série…

Allez fais-moi un joli sourire calme toi et discutons adorable Jade.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Marshall
Mécanicienne fragile
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 10/02/2013
Localisation : Quelque part ... Perdu sur une route sûrement, j'ai beau avoir visité la ville plus d'une fois je n'arrive jamais à me repérer dans ce labyrinthe !

Vida privada
Age: 22 ans
Statut: Célibataire
Profession: Mécanicienne !

MessageSujet: Re: Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]   Mer 27 Fév - 14:20











Soulagement. C’était bon, tu n’avais plus besoin de te débattre comme tu le faisais il y a un instant, les vigils t’avaient lâché, tu étais libre. Libre de pleurer toutes les larmes de ton corps mélangeant frayeur et apaisement. Il était vraiment horrible, ce musée, plus jamais tu n’y retourneras, jamais. Le personnel est vraiment méchant, égoïste et violent. Heureusement que les visiteurs qui les font vivre sont beaucoup plus aimable. La vieille dame jeune était très gentille, elle t’apportait beaucoup de réconfort. Tu n’avais qu’une envie, la serrer très fort dans tes bras, mais tu ne voulais pas qu’elle ait peur, pas elle.

La regardant droit dans les yeux, tu l’admirais. Elle avait réussi à se remettre de son malaise en un rien de temps et de se diriger vers toi alors qu’elle n’était même pas encore totalement rétablis. Pourquoi, toi, tu n’avais pas le courage de te lever rien que pour te faire à manger quand tu étais malade ? Au fond de ton lit, immobile et sanglotant, tu attends que le temps passe. Pourquoi ? Tu devrais pourtant pouvoir te lever, l’envie de guérir dans les bras. Ou peut-être, que tu n’avais pas envie de guérir . . . ? Comme quand tu étais enfant, et que tu faisais tout pour attraper un truc qui t’empêcherait d’aller à l’école. Et si, la voie que tu avais choisie n’était pas la bonne . C’est vrai, même si tu prends plaisir à l’exercer, tu aimerais bien être libre. Mais qui te ferait survivre, avec son argent ?

Le sujet n’était pas là, la gentille femme t’avait posé une question et tu devais y répondre, à moins que tu ne te fasses passer pour une muette ! Non, c’était trop tard. Tu détachas ton regard du sien, pour la première fois depuis au moins deux minutes, afin de te regarder toi. Tu remis tes vêtements bien droits, et dis, inquiète :

« « Ho ! Madame, dites, est-ce que mes cheveux sont beaucoup décoiffés ?! J’ai pris beaucoup de temps à me les peigner, ce matin, et j’ai pas du tout envie de me les démêler toute seule, ça me fait trop mal ! Avant, c’était Alison que je suppliais pour me coiffer, mais maintenant, je peux plus. Et puis, je n’ai pas d’amoureux, vous savez, ils ne sont pas comme je veux, eux. »C’est en parlant de garçon, de préférence que tu n’apprécies pas beaucoup, que tu te souvins de Juanjo, il avait disparu ! « Vous pensez que c’est parce que mes cheveux ont trop de nœuds, certaines fois, que les garçons m’offrent pas de trucs . Vous, vous êtes jolie, vous devez avoir plein de cadeaux .! Votre amoureux, il n’est pas jaloux ? En tout cas, vous croyez que je dois retrouver le garçon aux cheveux tout blancs pour le remercier . Je ne sais pas trop, il me fait un peu peur, à moi. » »

En effet, c’était complètement hors sujets, mais tu devais parler à cette dame de tellement de choses ! Tu avais un millier de questions à lui posées.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzebia Nowak
Patronne d'une pension
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 21/02/2013

Vida privada
Age: 34
Statut: Célibataire
Profession: Gérante d'une pension

MessageSujet: Re: Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]   Dim 3 Mar - 20:08


Qui a dit qu'on s'ennuie au musée !

Un long silence, où en tout cas il me sembla long, je me demandais si elle n’avait pas perdue sa langue entre temps. Elle restait là, à me fixer ses grands yeux vertes luisant de larmes, jusqu’à ce qu’enfin elle se mette à bouger en réarrangeant sa tenue et ses beaux cheveux si lisses. Je continuais de lui sourire alors qu’elle exprimait sa nervosité en un flot de paroles, puis finalement je me suis mise à rire, doucement, gentiment, parce que c’était décousu, naïf, touchant et flatteur aussi… Alors je lui remis doucement en place une mèche de cheveux qui avait décidée de jouer les rebelles.

- Non ça va ils ne sont pas trop emmêlés, ça te va bien comme ça ! Pour le reste je tapotais son épaule avec un soupir. Tu sais les « amoureux » faut pas trop en attendre d’eux, déjà s’ils arrivent à se rappeler de ton anniversaire c’est pas mal !

Je plaisantais, mais seulement à moitié, les hommes ne sont que des hommes, vouloir qu’ils soient comme on le voudrait c’est aller de déception en déception. Jade parlait avec une innocence que je n’avais plus depuis bien longtemps je m’en voudrais de lui en priver, néanmoins comment pourrait-je ne pas lui glisser un mot pour la prévenir.

- Je n’ai pas d’amoureux, pas en ce moment en tout cas mais si j’en avais un, il n’aurait surement pas à être jaloux et il aimerait mes cheveux emmêlés ou non ! Et puis les cadeaux des hommes il faut s’en méfier, en général ça cache toujours quelque chose…

Je regardais autour de nous après lui avoir livré mon point de vue sur la question, peut-être que j’avais l’air un tout petit dure envers ces messieurs, ou pas.

-Ce n’est pas ton copain l’autre garçon aux cheveux blanc ? dans tous les cas on dirait bien qu’il ne t’as pas attendu…

Je ne sais pas trop pourquoi au juste il pouvait bien faire peur à la jeune fille, il n’avait pas l’air inquiétant de là où je me trouvais.

- Si tu penses que tu dois le remercier alors il faut y aller. Je peux t’accompagner s’il te fait peur, il ne te fera rien si on est deux !

Je lui proposais ma main, d’abord pour l’inviter à me suivre, et ensuite parce qu’on croirait qu’on est ensemble, on avait un air de famille non ? Bon juste pour les yeux vert et les reflets roux dans les cheveux mais ça ferait l’affaire les gens ne sont pas si observateurs que ça.

- Tu venais voir quelque chose en particulier au musée ?

Je voulais entamer la conversation, nous n’allions pas faire le tour du musée en silence, bien que j’ai volontairement baissé la voix après tout le hall avait regagné son calme les curieux retournaient à leurs activités les choses rentraient dans l’ordre peu à peu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Marshall
Mécanicienne fragile
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 10/02/2013
Localisation : Quelque part ... Perdu sur une route sûrement, j'ai beau avoir visité la ville plus d'une fois je n'arrive jamais à me repérer dans ce labyrinthe !

Vida privada
Age: 22 ans
Statut: Célibataire
Profession: Mécanicienne !

MessageSujet: Re: Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]   Sam 16 Mar - 16:58










Tout signe de vie s’arrêta d’un coup, ton âme était comme sortit de ton corps, pendant une quinzaine de secondes environ, tu étais resté comme ça, sans bouger, pensive. Qu’étais-tu venue faire dans ce musée ? C’était une question vile, une question piège que les méchantes gens te posent pour te coincer, c’était sûr ! Et bien que tu penses que la madame était une femme fabuleuse (c’est la principale raison pour laquelle tu n’as rien dit quand elle t’énumérait les choses par bien que faisaient les amoureux et que tu pris sa main sans hésitation), tu n’arrivais point à lui dire pourquoi tu étais venue là. Tu restais sans bouger, la main crisper sur la sienne. Puis, enfin, tu revenais à ton esprit et lâcha sa main que tu avais serrée très très fort, de peur de lui faire encore plus mal.

« Oh, madame, je suis vraiment très désolé, je, je voulais pas vous faire mal mais je n'étais pas dans moi-même, vous voyez . Ne m’en voulez pas ! » Lui supplias-tu des yeux pleins de terreur.

Finalement, à un quart de seconde tu décidas de répondre à sa question, pour qu’elle puisse te pardonner.

« Je voulais voir des papillons, les papillons c’est tellement beau. J’aimerais être un papillon avec tout pleins de belles couleurs, c’est tellement joli »

Après un bref coup d’œil autour de toi l’incohérence de tes paroles surgit. Ce n’était pas un musée de papillons. Et étrangement, au lieu d’éclater en sanglots, tu rias doucement, amusée par ton comportement. La vieille jeune dame avait un effet étrange sur toi-même. Elle te modifiait, en quelque sorte.

« Excusez-moi. »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzebia Nowak
Patronne d'une pension
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 21/02/2013

Vida privada
Age: 34
Statut: Célibataire
Profession: Gérante d'une pension

MessageSujet: Re: Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]   Mar 19 Mar - 11:01


Qui a dit qu'on s'ennuie au musée !

Quelle jeune demoiselle singulière, avait-elle souvent de telles absences ? Je me posais la question en mon fort intérieur alors qu’une fois encore elle semblait comme perdue dans un univers qui n’appartient qu’à elle seule. Sa petite main serrait fort, bien plus que nécessaire et encore une fois cela me laissait perplexe bien que n’en laissa rien paraître. D’ailleurs elle avait dû s’en rendre copte puisqu’un instant plus tard elle lâchait ma main vivement. J’agitais un peu mes doigts pour faire passer la sensation sans pour autant cesser de sourire aimablement et de marcher à ses côtés. Je m’apprêtais à lui répondre qu’elle n’avait pas besoin de s’excuser pour si peu quand elle finit par répondre à ma question première d’une façon aussi adorable que personnelle.

- Tu as bien raison, les papillons sont de bien jolie choses, et si tu en étais un tu serais surement le plus unique de ma connaissance. Cela dit je ne connais pas beaucoup de papillons, pas personnellement en tout cas…

C’était un peu absurde peut-être, mais il y avait autour de Jade une aura de douce folie contagieuse, un petit quelque chose qui vous fait dire « et si… », elle me faisait l’effet d’un personnage du pays des merveilles qui se serait perdue dans le monde réel.

- Allons ne t’excuses pas tout le temps, tu vois bien que tous mes doigts sont encore au bout de ma main, et je préfère largement te voir rire plutôt que pleurer… tu es bien plus mignonne comme ça ! Ah au fait tant que j’y pense, arrête aussi avec les « madame », je sais bien que je ne suis plus une jeune fille mais je préfère que tu m’appelle Euzebia… enfin si tu veux bien !

Je ne suis pas obnubilée par mon âge, qui d’ailleurs n’est pas si avancé que ça, au contraire je suis juste dans la bonne tranche à mon avis, celle où on est en pleine possession de ses moyens, physiquement et mentalement. J’ai juste du mal avec les gens plus jeunes qui m’appellent Madame, enfin dans certaines circonstances j’aime bien, mais pas là.

A quelques mètres devant nous je remarquais la difficilement manquable crinière blanche du garçon de tout à l’heure, le voilà donc ce jeune homme dont les intentions m’étaient encore inconnues, avait-il voulu aider Jade ou non, pourquoi faire tout ce raffut, qui était-il… Bref tout un tas d’interrogations que ma curiosité naturelles faisait germer.

- Tient là-bas regarde c’est le gars aux cheveux blanc de tout à l’heure ! Fis-je en tournant la tête dans la bonne direction. Vient on va aller le rejoindre et après on cherchera des papillons dans les tableaux, je suis sûre qu’il y en a quelque part !

Légèrement piquée par mon désir de trouver des réponses je m’avançais d’un pas un peu plus rapide, histoire qu’il ne nous fausse pas de nouveau compagnie et je me permis de l’aborder craignant que Jade soit prise d’une de ses curieuses crises.

- Excusez-moi, vous ne seriez pas le jeune homme de tout à l’heure ? … Dans le hall, avec les vigiles ?

J’agrémentais ma question non pas que je soupçonne sa mémoire d’être défaillante mais plus pour limiter les chances qu’il puisse répondre quelque chose comme « je ne vois pas de quoi vous parlez ». d’autant plus qu’il était tout de même difficile de confondre une personne comme lui avec une autre, ce type de look ne passant guère inaperçu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juanjo Torrens Osuna
Artiste volage
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 14/02/2013

Vida privada
Age: 19
Statut: Célibataire
Profession: Futur photographe

MessageSujet: Re: Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]   Dim 8 Sep - 18:27

Spoiler:
 

J’étais toujours en train de contempler les peintures, ça me fascinait tellement que je pouvais rester pendant des heures ici. Je n’étais pourtant pas très fan des musées mais là, j’avais trouvé mon bonheur. Enfin, je dis ça mais j’étais venu tout seul en ce lieu, sans aide. Si je ne comptais pas la jeune femme et la jolie malade… d’ailleurs, où étaient-elles ? Est-ce qu’elles allaient mieux toutes les deux ?

La première d’entre elle que j’avais rencontrée devant le musée avait pleuré à cause des gardes du corps et d’une vieille dame tandis que l’autre avait eu un malaise. J’en venais à me demander si la grand-mère était célèbre, pour avoir des gardes du corps… je ne l’avais pas reconnu. Et puis, pourquoi s’en était-elle prise à la jeune femme ? Quant à la jolie malade, avait-elle feintée un malaise pour nous aider ? Je chassai ces idées à peine saugrenues de mon esprit et une voix m’aida à me tirer de mes pensées. N’était-ce pas la voix de la jolie malade ? En me retournant, je m’aperçus qu’il s’agissait bien d’elle, et la jeune femme l’accompagnait.

Mes soi-disant femmes m’étaient revenues. Je ne pouvais pas nier être le jeune homme de tout à l’heure, ma couleur de cheveux n’était pas très répandue mais de toute façon, je ne comptais pas lui mentir ou l’ignorer. Non, parce que mine de rien, j’aimais bien être en leur compagnie. Je lui répondis donc :

- Si, si. Vous m’avez donc retrouvé.


Et d'un ton taquin, je les questionnai :

- Je vous manquais ?

Puis, je m'inquiétai sur la santé de la jolie malade :

- Vous allez mieux j’espère ?


Je m’adressai surtout elle, mais ma question concernait les deux jeunes femmes. Je lâchai ensuite :

- Navré de vous avoir faussé compagnie, je tenais à admirer toutes ces peintures…


Je marquai une pause avant de continuer :

- Vous avez aussi commencé ou continué la visite ? Je peux vous accompagner cette fois ?


Je n’étais pas sûr que nous trois, je m’incluais, avions commencé la visite du musée, mis à part le fait que je les avais quitté pour les fameuses peintures… je laissai ensuite l’une des deux jeunes femmes prendre la parole, si elles avaient quelque chose à me dire ou à me demander, elles pouvaient. J’étais prêt à les écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Marshall
Mécanicienne fragile
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 10/02/2013
Localisation : Quelque part ... Perdu sur une route sûrement, j'ai beau avoir visité la ville plus d'une fois je n'arrive jamais à me repérer dans ce labyrinthe !

Vida privada
Age: 22 ans
Statut: Célibataire
Profession: Mécanicienne !

MessageSujet: Re: Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]   Dim 29 Sep - 17:22










Tout signe de vie s’arrêta d’un coup, ton âme était comme sortit de ton corps, pendant une quinzaine de secondes environ, tu étais resté comme ça, sans bouger, pensive. Qu’étais-tu venue faire dans ce musée ? C’était une question vile, une question piège que les méchantes gens te posent pour te coincer, c’était sûr ! Et bien que tu penses que la madame était une femme fabuleuse (c’est la principale raison pour laquelle tu n’as rien dit quand elle t’énumérait les choses par bien que faisaient les amoureux et que tu pris sa main sans hésitation), tu n’arrivais point à lui dire pourquoi tu étais venue là. Tu restais sans bouger, la main crisper sur la sienne. Puis, enfin, tu revenais à ton esprit et lâcha sa main que tu avais serrée très très fort, de peur de lui faire encore plus mal.

« Moi non plus, je n’en connais pas beaucoup, mais peut-être que si j’étais un papillon je pourrais te transformer aussi en papillon et comme ça on pourra voler ensemble et manger des belles fleures aussi.! »

Tu souris à la madame Euzebia et la laissas parler, puis, tu la suivis jusque devant le petit garçon aux cheveux blancs qui avaient l’air vraiment trop méchant et trop bête et pendant qu’ils parlent ensemble, ton regard s’accroche à ses cheveux. Bah, peut-être qu’il devrait faire une teinture, le petit garçon. Parce que le blanc, ça lui allait pas, et ce n'était pas joli. Mais toi, t’avait un peu peur de lui, si tu lui disais ce que tu pensais dès ses cheveux, peut-être qu’il se fâcherait et qu’il voudrait te faire mal comme les messieurs l’on fait toute à l’heure. C’était un peu de l’histoire ancienne, ça devait faire un peu beaucoup de temps que ça c’était passé, mais pas complètement, parce que des fois, tu les regardais, de là où tu étais et ils te faisaient des yeux méchants qui veulent dire des choses tout aussi méchantes.

Enfin bon, le pire était passé, et maintenant, il y avait le deuxième plus pire ! Le garçon voulait t’accompagner toi et la jolie madame dans votre visite du musée. Bon, ce n'était pas si dramatique, parce que tu pourrais toujours lui lancer les bonbons qui te restaient pour l’aveugler si jamais il voulait te faire du mal, mais c’était surtout que sa présence était genre … très intimidante. Ça te faisait mal au ventre quand c’était comme ça.
Le mieux, c’était de faire comme si de rien n'était.

« Ouai, elles sont belles les peintures, je trouve aussi, alors si tu veux, tu n'as qu’à venir avec nous pour les aimer encore plus. Comme ça tu pourras … Bah, je ne sais pas, qu’est que tu veux que j’en sache moi . Ah si, je sais, tu pourras chercher les papillons avec nous. On cherche des jolies et des gros qu’on voit bien, ou peut-être des moins jolies et moins belles, en fait. Je sais pas trop.
»









Note:
 



#f6648a
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Meeeuh, c'est mon manger ![JuanjoEuzebia]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!
» « Si tu savais comme j'ai envie de manger des nems ! » | Psychalya l. Nàrwen
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» La table de la salle à manger
» Manger un morceau pour se consoler .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un Rayo de Sol :: RIOLER :: » El casco antiguo: :: Musées-
Sauter vers: