Un Rayo de Sol

Fatigué du froid du nord? Viens au sud, l'Espagne est bien plus que le pays du soleil!
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]

Aller en bas 
AuteurMessage
Geraldo S.Grande Plaza
La Trituradora
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 18/03/2013

MessageSujet: Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]   Sam 30 Mar - 22:59

    Je regarde ce petit bout de papier, où est notée une adresse. Je le serre si fort que je sens presque la rugosité de mon doigt à travers. Je ne veux pas le lâcher, j’ai peur qu’il s’échappe. Ce tout petit morceau de papier, qui pourrait s’envoler au moindre souffle, et qui emporterait avec lui les traces de stylo griffonnées dessus.
    Une partie de moi a envie de le brûler, et de le voir se consumer. Comme ça, la tentation ne serait pas aussi grande. Oh oui, j’ai envie de me rendre à cette adresse. Mais je n’ai pas le droit. Non, cela m’est interdit. Par moi-même. Et quand je fixe des règles, je m’y tiens. Je n’ai pas repris contact avec elle depuis près de trente ans. Elle est adulte maintenant, et a probablement des enfants. Je l’espère. Ou en fait, non, égoïstement, je ne le souhaite pas. Être un mauvais père et un mauvais mari est déjà difficile à supporter, alors si je suis en plus un mauvais grand-père… ce serait insurmontable.

    Et sans m’en rendre compte, je froisse le papier. Je le remarque au bruit qu’il produit entre mes doigts. Quand je suis préoccupé, je serre souvent les poings. J’espère ne pas l’avoir abîmé. C’est pourquoi je vérifie, en le dépliant avec toute la précaution dont je peux faire preuve. Rien du tout, juste un peu plié.

    Je le contemple encore quelques secondes, puis me décide à agir. Ça ne coûte rien d’aller voir, non ? Je vais juste jeter un œil. Et si je la vois, je m’en vais. Rectification. Si je la vois, je ne la reconnaîtrai pas.

    Arrivé à l’adresse indiquée, je regarde alternativement mon petit papier – à croire que j’y tiens – et la maison. Moyenne. Bien entretenue. Colorée. Ça me fait chaud au cœur de croire que ma fille ait réussi à avoir une maison. Je me souviens quel bonheur ça procure, quand on y emménage, après avoir quitté le petit appartement dans lequel on survivait.
    Mais comme j’ai un doute, je jette toujours un coup d’œil à ma note, et vérifie le numéro sur la boîte aux lettres. C’est bien le bon. Et pourtant, l’incertitude persiste. Mais est-ce réellement ça ? Ne suis-je pas en train de me chercher des excuses, pour m’approcher plus encore, et espérer y lire le nom de ma fille ?

    Quoiqu’il en soit, mon corps a agi contre ma volonté. Ça lui arrive souvent. Et c’est donc ainsi que je me retrouve face à la boîte aux lettres, tenant encore et toujours mon petit bout de papier, qu’une certaine personne m’a « gentiment » refilé. Je n’avais rien demandé, et elle m’a donné cette adresse. A quoi bon insister ? Après toutes ces années, elle ne doit rien éprouver pour moi, mis à part peut-être de la haine.

    Et pourtant, pourtant je suis encore là, debout, aussi raide qu’une statue. Je voudrais regarder par la fenêtre, mais je n’ose pas, car il faudrait que j’ouvre le petit portail, que je traverse le chemin en dalles, et que je marche dans le gazon.
    Et elle risquerait de me voir. Non. Peut-être qu’elle est au travail ? Et si elle a un mari ? Que dois-je faire ? Je brûle d’envie de la revoir, mais j’angoisse à l’idée. A quoi ressemble-t-elle ? Comment est-elle ? Epanouie ?
    Trop de questions sans réponse. Et qui resteront sans réponse. Parce que je m’en vais. Je n’ai pas le courage d’en faire plus. Pour aujourd’hui. Non. Je ne remettrai jamais plus les pieds ici.

    Sauf qu’encore une fois, mon corps ne répond pas. Mon Esprit est loin, pourtant, mais je suis planté là. Comme un con.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuzune Nandekara
Ado émancipée à problèmes
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 18/03/2013

Vida privada
Age: 17 ans
Statut: Célibataire
Profession: Âme errante & droguée

MessageSujet: Re: Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]   Dim 31 Mar - 12:39

Le son d’une musique interprétée au violon martelait ses tympans. Le volume de ses écouteurs monté au maximum, Tsuzune s’ennuyait ferme dans cette maison ou elle devait se rendre au moins un week-end par mois, pour respecter les clauses de l’émancipation. C’était débile. Elle détestait qu’on lui impose ce genre de chose. Surtout celle-là. Parce que ça signifiait qu’elle devait côtoyer sa mère pendant quarante-huit longues heures interminables. Et ça oui, pour le coup, c’était vraiment l’enfer. Mais genre avec un grand « E ».

Enfin bon, heureusement, pour le moment, sa génitrice n’était pas encore rentrée, probablement encore chez l’un de ses ô combien nombreux amants. Donc, elle se retrouvait seule chez elle. Ou presque. Non parce qu’enfaite, elle avait dit une connerie.

Alejandro étudiait dans sa chambre et les trois autres petits mioches s’occupaient comme ils le pouvaient avec des crayons ou des puzzle, sous l’œil toujours vif du premier cité. Mais bon, ce n’était pas comme si Tsuzune ne pouvait pas se débrouillée seule, elle était en âge de se prendre en main et ça, la majorité de son entourage l’avait bien compris.
Son téléphone vibre. Un texto.

[Mi corazon ~ Je suis devant chez toi mais il y a un type louche et j’ose pas approcher… ]

Ah oui, c’est vrai, elle a rendez-vous avec Julio, le dealer du coin. Elle réalise maintenant à quel point malgré ses vingt-deux ans, ce gars est une tafiole. Franchement. C’est à elle de se ramener alors que c’est censé être lui l’homme. Enfin bon, ce n’est clairement pas le cas alors l’hispano-japonaise se redresse de sur son lit et prend son sac à bandoulière sans aucune douceur pour le faire rejoindre son épaule droite.

Une dernière vérification dans le miroir, avant, par contre. Son T-shirt épaule tombante se mari bien avec le débardeur noir qu’elle porte en dessous et sa jupe courte dévoile bien ses jambes, ourlées d’une paire de bottes montantes en cuir. C’est parfait. A moiti-allumeuse, à moitié-dépravée, si sa mère ne pétait pas un plomb en la voyant revenir ce soir, il y aurait comme un problème.

Elle prend garde à ne pas éveiller l’attention d’Alejandro et sort de la maison après un « J’rentre ce soir, bye. ». Ses pas lui font prendre la continuité du petit chemin de pierre décoratif, elle s’allume une clope. Effectivement, il y a bien quelqu’un de louche devant chez elle. Et pour une fois, elle serait presque d’accord avec Julio. D’ailleurs, en jetant un coup d’œil furtif au loin, elle l’aperçoit, un peu en retrait du reste. Bon, étape un, faire dégager ce colosse ; étape deux, aller rejoindre le dealer pour passer un peu de bon temps. Elle a besoin de se changer les idées et ce n’est pas cette armoire à glace qui va l’en empêcher.

Arrivée à sa hauteur, elle regarde l’homme –puisqu’il ne s’agit manifestement pas d’une femme – de haut en bas et sans la moindre tendresse dans sa voix, proclame :
    « Oui ? C’est pour quoi ? »
Elle laisse un peu de suspens avant de tirer une nouvelle latte de sa cigarette et de laisser la fumée sortir par son nez, tel un dragon.
    « Si c’est pour ma mère que vous êtes là, repassez plus tard, elle est pas là. Vous faites peur à mon rencard, là, donc si vous pouviez vous barrer, ça m’arrangerais, merci. C’est une propriété privée, ici. »
Une sorte de bouillon de rage commençait à la prendre au ventre. Elle avait un mauvais pressentiment. Nouvelle latte.


J'écris en #91283B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Geraldo S.Grande Plaza
La Trituradora
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 18/03/2013

MessageSujet: Re: Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]   Ven 5 Avr - 10:40

    Je ne remarque pas tout de suite qu’une petite chose s’est plantée devant moi. Il faut dire que ce n’est pas comme si elle m’avait fait de l’ombre. Mais c’est sa voix qui me tire de mes songes. Je baisse donc la tête, l’air toujours préoccupé. Mon expression faciale change cependant très vite, et exprime la contrariété que je ressens, à voir cette adolescente tirer sur sa cigarette avec une telle aisance – et une telle vulgarité.
    Quant à sa question, ça laisse supposer qu’elle vit ici. Ça ne peut pas être… Non. Elle ne serait pas si jeune. Alors… ?

    « Si c’est pour ma mère que vous êtes là, repassez plus tard, elle est pas là. Vous faites peur à mon rencard, là, donc si vous pouviez vous barrer, ça m’arrangerais, merci. C’est une propriété privée, ici. »

    Si c’est pour ma mère. Si c’est pour ma mère. Si c’est pour ma mère. Non. Impossible. Elle ne peut pas être… Si c’est pour ma mère. Sa fille… ?! Serais-ce alors a petite-fille ? Pas possible, non. Que dois-je faire ? Dois-je lui mentir ? M’en aller comme si de rien n’était, et demeurer un étranger pour elle ? Lui dire la vérité, du tac-au-tac, et la mettre dans l’embarras, au risque qu’elle m’envoie voir ailleurs ? Ce qui, je pense, serait son genre. Car je ne peux m’empêcher de la dévisager. Son rencard, a-t-elle dit ? Et cette manière de parler, quand j’y repense. Mais c’est que cette gamine est mal élevée !

    J’ai envie de lui dire de surveiller son langage, mais je sens que je n’arriverais pas à prononcer la phrase sans en écorcher tous les mots. Je lève donc mes mains, et utilise le langage des signes – quand bien même je sais qu’elle ne le comprend sûrement pas – pour qu’elle se doute que je suis muet. Ce qui n’est évidemment pas le cas.

    Ça va être compliqué… Voilà ce que je pense en cet instant. Surtout qu’elle est à fleur de peau. Mais ça m’embêterait que son impatience soit telle qu’elle va s’en aller. C’est quand ma… petite-fille.

    Je regarde à nouveau la boîte aux lettres, puis la jeune fille. Je ne sais pas comment m’exprimer pour qu’elle me comprenne, mais je tente tout de même quelque chose. J’utilise toujours mes mains épaisses pour m’exprimer, la désignant d’un doigt d’abord, puis lui montrant la maison et le nom sur la boîte aux lettres, tout ça sans la quitter des yeux. J’espère qu’elle a compris où je voulais en venir. Parce que je ne vois pas comment lui demander autrement. En tout cas, les jeunes d’aujourd’hui ne m’ont tous l’air d’être des junkies… Serait-ce à cause de sa mère, qui n’a jamais reçu une vie de famille normale ? Mais suis-je vraiment sûr que ce soit sa fille ? Ses traits… ne sont-ils pas un peu asiatiques ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuzune Nandekara
Ado émancipée à problèmes
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 18/03/2013

Vida privada
Age: 17 ans
Statut: Célibataire
Profession: Âme errante & droguée

MessageSujet: Re: Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]   Ven 5 Avr - 18:37

Non mais, c’était quoi ce gars ? Une blague ambulante ou bien ?... Tsuzune en avait bien l’air. Enfin bon, au moins, ça changeait un peu sa journée de tout ce qu’elle pouvait avoir prévu auparavant. Il n’avait pas l’air spécialement méchant malgré son air aimable de porte de prison. D’ailleurs, il en avait surement fait. C’était marqué sur sa tronche ; si visible. Enfin bon, de toute manière, s’il voulait la violer, là tout de suite, elle ne pourrait probablement pas se défendre, il fallait au moins rester réaliste ; sa carrure de crevette ne lui permettait pas grand-chose. Au pire elle pourrait toujours crier pour avertir Alejandro mais ce n’était même pas sûr que le basketteur qui lui sert de frère puisse arriver à temps tout de même. Coincée, donc.

En plus, est-ce qu’au moins il parlait espagnol ? Non parce qu’il ne semblait pas comprendre ce qu’elle venait de lui dire. Il lui semblait pourtant avoir été suffisamment clair dans le texte. A croire que non. Ou plutôt, ce colosse paraissait bien incapable d’émettre le moindre son.
    « Quoi ? T’es muet ou bien… ? » Osât-elle sans la moindre délicatesse dans sa voix.
Elle tira une nouvelle latte de sa cigarette et laissa la fumée ressortir par sa bouche à moitié entre-ouverte. Elle ne comprenait pas, et ça l’exaspérait. Non pas qu’elle tenait spécialement à faire la lumière sur cette bizarrerie mais tout de même, ça l’intriguait tout ça. Et puis ce serait surement un peu plus intéressant que de trainer avec l’autre dealer, là. Elle n’avait accepté son invitation que pour ne pas moisir chez elle, au-delà de ça … bah à part s’envoyer en l’air à l’arrière de sa Fiat Punto, il y avait peu de chance que le programme varit des masses. Ah si, ils fumaient de la drogues aussi, entre deux séances de jambes en l’air. Mais bon, basiquement, ça restait la même chose, qu’importe l’angle par lequel on regardait le truc.

Tsuzune haussa un sourcil d’incompréhension lorsque l’inconnu fit différents mouvements avec l’un de ses doigts, la désignant d’abord, puis la boîte aux lettres et enfin la maison. Bon, oui il devait être muet. Tant pis, elle allait le renseigner à sa manière, c’était toujours mieux que rien. Peut-être qu’après il rebrousserait chemin et lui foutrait la paix pour qu’elle aille rejoindre son rencard.
    « Non, je vis ici mais cette baraque ne m’appartient pas. »
Elle laissa un silence flotter une petite seconde puis enchaina renouveau, une idée crédible venant de lui traverser l’esprit.
    « Vous êtes l’un des amants de ma mère ? Enfin, de « Gabriela » ? Non parce que je présume qu’elle ne donne jamais son nom de famille, pas vrai ? ...Enfin, elle ne l’a jamais fait jusqu’à présent. »
Encore plus amère, l’hispano-japonaise finit d’une traite sa cigarette avant de la jeter au sol et de l’écraser sous le coup de la contrariété. Putain, c’était quoi ce type ?


J'écris en #91283B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Geraldo S.Grande Plaza
La Trituradora
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 18/03/2013

MessageSujet: Re: Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]   Dim 7 Avr - 0:01

    Comme le laisse présumer son apparence plus que vulgaire, sa manière de parler manque cruellement de tact. Aucun tact, aucune douceur. Si elle ne portait pas des vêtements si… « féminins », on pourrait croire à un homme. Ma femme était tellement gracieuse, elle. Rien à voir avec cette jeune fille, qui pourrait se révéler être sa petite-fille, elles partageraient donc des liens de sang… Difficile à croire.

    D’autant que tout se confirme. Elle vient de dire elle-même qu’elle résidait ici. Et vient de dire clairement, après un petit temps durant lequel je l’ai jaugée du regard, qu’elle est la fille de Gabriela. Cependant, bien que sous le choc de cette nouvelle, une autre me tombe en plein dessus. Alors c’est ça qu’elle insinuait tout à l’heure, quand elle me demandait si j’étais là pour sa mère ? Elle m’a pris pour un amant. Un de ses amants. Et le fait que je sois âgé ne dérange même pas… Ce n’est pas possible, ce ne peut pas être ma Gabriela. Elle ne serait pas devenue si…

    Peut-être que si. Ce n’est pas comme si elle avait reçu une éducation et une vie de famille normales… Et d’ailleurs, ma… petite-fille a dû hériter de ce manque, aussi, quand je la vois jeter son mégot au sol, avant de le piétiner avec rage.

    J’aimerais tellement pouvoir lui parler, et lui dire… quoi ? Que pourrais-je bien lui dire ? Je suis ton grand-père, je viens de sortir de prison. Ça me rappelle un film de science-fiction…
    Plus sérieusement, il faut que je me dépêche, sinon elle va partir pour de bon, ou réellement me fusiller, et pas que du regard.
    Sous le coup de l’émotion, je sais que je n’arriverai même pas à me présenter, alors je fouille mes poches, en espérant qu’elle ne se mette pas sur la défensive. Une fois trouvé mon vieux portefeuille – qui a plus d’une trentaine d’années maintenant – j’en sors ma carte d’identité, et la lui mets devant les yeux.

    Je pense que c’est assez clair. Et que ça manque tout autant de tact et de délicatesse que sa manière de s’exprimer à elle. Peut-être que finalement, l’hérédité a agi…
    Quoiqu’il en soit, j’espère qu’elle fera le lien entre le nom marqué sur la carte. Heureusement d’ailleurs que je l’ai refaite avant de sortir de prison… Sinon elle ne m’aurait peut-être pas reconnu sur la photo.

    Je voudrais lui prendre la main, mais je pense que mon geste serait on ne peut plus déplacé. Alors j’attends. J’attends de voir sa réaction. Mais j’angoisse, au fur et à mesure que les secondes passent. Je tends une main incertaine vers elle, sans pour autant la toucher. Comme si elle m’était inaccessible.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuzune Nandekara
Ado émancipée à problèmes
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 18/03/2013

Vida privada
Age: 17 ans
Statut: Célibataire
Profession: Âme errante & droguée

MessageSujet: Re: Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]   Dim 7 Avr - 10:33

Ouai, bon, Tsuzune était complétement larguée. Mais genre beaucoup beaucoup beaucoup. Pourquoi il n’avait pas semblé réagir comme tous les autres ? Pourtant, elle avait été habituée, depuis son arrivée ici, à voir des hommes de tous horizons et de tous âges se précipiter dans les draps de sa génitrice, pour une étreinte salvatrice ou juste un coup d’un soir. C’était banal, pour elle. Triste enfant qui n’avait que trop peu connu l’innocence, là-bas, loin au-delà de l’océan et des terres lointaines. Pourtant ce gars-là paraissait échappé à toutes les règles préétablies qu’elle connaissait déjà par cœur, sur le bout de ses petits doigts de droguée.

Elle soupira face au manque de réaction de ce colosse. Son estomac commençait à se nouer sous l’effet de l’angoisse passive que provoquait ce gars-là. Il était à la fois terrifiant et si intriguant que la métisse ne pouvait se résoudre à le lâcher du regard. C’était perturbant. Elle avait l’impression de l’avoir déjà vu quelque part. Mais où ? Immédiatement, et sans qu’elle ne se l’explique vraiment, l’image de sa mère lui vint en tête.

L’hispano-japonaise la chassa d’une traite en secouant vivement sa tête avant de reporter son attention sur son nouvel « ami ». Bon, quelque chose n’allait pas et ça commençait à lui casser les pieds. La réflexion, la logique et surtout la patience n’était pas son fort. Pas du tout, même. Bon, d’énervement, elle va pour se prendre une autre clope qu’elle porte à son bec. Problème, le gars semble fouiller dans ses poches. Elle devient méfiante. Caché une arme, même un petit couteau, aujourd’hui, c’est à la portée de tout le monde donc bon.

Puis le choc se fit alors qu’il lui colla presque un bout de plastique – qu’elle identifia rapidement comme étant une carte d’identité – devant les yeux. Oh my god. Santa Maria madré de Dios. Le petite tube cancérigène tomba au sol, même pas allumé, venant rejoindre son prédécesseur, tant l’expatriée venait d’encaisser un choc pas permit. Son cœur rata un abattement mais elle n’en montra rien si ce n’est un petit toussotement pas bien méchant. Enfin, c’est l’effet que ça devait donner, en tout cas.

Error system. 404 not found. Allo la base. Bref, rien ne fonctionnait plus correctement. Le nom de famille de cet inconnu… C’était le même que celui de sa mère. C’était quoi, ce bordel intersidéral ? D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Gabriela ne lui avait jamais parlé de ses propres parents, jamais. De toute manière ce n’était pas comme si elle était proche avec cette femme pour s’entendre confier ce genre de chose.
    « Bon, toi va falloir que tu m’explique un truc. » lâchât-elle, presque sans émotions dans la voix.
Un regard furtif vers son rencard situé à une cinquantaine de mètre et elle enchainât « Mais pas ici, on va aller ailleurs. Viens. »

Elle entama une marche dans la petite rue qui menait à la côte et sa plage après avoir contourner l’armoire à glace. Allait-il seulement la suivre après ça ?


J'écris en #91283B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Geraldo S.Grande Plaza
La Trituradora
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 18/03/2013

MessageSujet: Re: Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]   Dim 14 Avr - 21:16

    Moi qui angoissais quant à sa réaction. Moi qui me demandais comment elle allait réagir. Et bien je n’ai pas eu droit à un « oh ! » ou autre réaction normale. Moi, j’ai eu droit à un toussotement. Voilà ce qu’elle éprouve en comprenant qui je suis. Je ne sais pas trop comment le prendre. Peut-être est-ce la surprise qui l’a faite réagir de la sorte, ou bien qu’elle s’en fiche totalement. Les deux en même temps peuvent être possibles, aussi. Ce petit « bruit » ne m’évoque pas une réelle joie. En même temps, je ne m’attendais pas à ce qu’elle me prenne dans ses bras. Probablement que Gabriela ne lui a raconté que des choses ignobles sur moi. Ou alors… ou alors qu’elle n’a rien raconté du tout. Je suis plutôt déconcerté, étant donné qu’elle vient de passer au tutoiement, mais qu’elle n’a pas l’air de tout comprendre non plus.

    D’ailleurs, elle n’a pas l’air très expressive. Ni émotive. Ni même sensible. Elle me paraît froide et indifférente. Non, elle ne le serait pas si elle ne m’avait pas proposé de la suivre, non ? Chose que je fais, après une légère hésitation. Pendant un instant, j’aurais voulu m’enfuir, et la laisser tranquille, mais il est temps d’assumer. Je ne peux plus me permettre d’être lâche. Et quand bien même ma propre fille ne veut plus me parler, je pense être en droit d’avoir une conversation avec ma petite-fille. Alors je la suis, gardant une certaine distance. La situation aurait pu être mal interprétée dans cette ruelle…

    Une fois arrivé sur la plage, je ne me sens pas très à l’aise, bien que l’air de la mer me détend quelque peu. Malgré le sable qui s’immisce dans mes chaussures, je ne les enlève pas, ce qui accentue encore un peu plus mon malaise. Je m’approche cependant de ma petite-fille, dont je ne connais toujours pas le nom, et me tient à ses côtés, fixant la grande étendue d’eau salée. Je voudrais encore une fois exprimer tout ce que j’ai sur le cœur, tout lui expliquer, mais même si je n’écorchais pas tous les mots, je serais incapable de le faire. Alors je m’avance vers l’océan, jusqu’au niveau du sable vaseux. Je m’accroupis, et commence à écrire avec l’aide de mon doigt.

    Je ne sais pas si elle est venue jusqu’à moi, mais je préfère ne pas me retourner, alors je prends le temps d’écrire, même si c’est long.

    Désolé. C’est le premier mot que j’écris. Quitte à savoir si l’eau l’a effacé avant qu’elle le lise… Les prochains suivent, éphémères. Jamais repris contact parce que prison. Je n’écris que l’essentiel, sans dentelles. Ça fait 30 ans. Mais j’aimerais te connaître… ? Dans l’espoir qu’elle me donne son nom, j’attends quelques instants avant de reprendre. Tu peux me demander ce que tu veux, je répondrais. Et c’est vrai, je lui dirai… La fausse vérité.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuzune Nandekara
Ado émancipée à problèmes
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 18/03/2013

Vida privada
Age: 17 ans
Statut: Célibataire
Profession: Âme errante & droguée

MessageSujet: Re: Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]   Jeu 25 Avr - 23:09

Tzusune avait avancé, comme elle l’avait voulu. Elle sentait, pourtant, qu’elle venait de s’embarquer dans une histoire de fous. Mais là, de suite, ça lui importait peu.

Voire carrément pas. Elle s’en foutait, de tout ça. Les préjugés, les idées préconçues, elle composait avec depuis bien trop longtemps avec à son goût pour ne pas contourner un peu ce genre de principe, pour une fois. Et comme le dirait très certainement un foutu commercial juste histoire vendre : il faut laisser sa chance au produit. Soit. Marchant donc d’un pas neutre, sans vraiment calculer ce qui se passait autour d’elle, l’hispano-asiatique laissait son regard courir de manière aléatoire sur les alentours.

Elle et son compagnon de l’instant – ou d’infortune ? – finirent par déboucher sur la plage, toute proche. Le bruit des vagues calmait un peu la jeune fille, même si elle ressentait cet irrésistible besoin d’exploser, histoire de vider son cœur une bonne fois pour toute. Pourtant elle ne le pouvait pas, à cause de son organe de vie justement. Quelle ironie lorsque l’on regardait bien les faits en face. Mais pour une fois, Tsuzune prit sur elle, et rien de plus.

Ses yeux regardèrent avec un étonnement non dissimulé le vieil homme avancer sur les dunes ensablées sans même ôter ses chaussures. Elle ne fit guère la même chose mais le suivit tout de même, au-delà de ce chemin invisible sur lequel son instinct la faisait évoluer quand même. Les mètres la séparant de l’écume fraiche se raccourcissaient toujours davantage. Puis vint le moment fatidique. Ses orteils entrèrent en contact avec le sable humide, la faisant frissonner quelque peu. Mais c’était agréable, dans le fond, ce genre de ressentit. Elle se sentait divinement bien, divinement libre. Comme si plus rien n’existait autour d’elle.

Sauf que c’était bien loin d’être le cas, tout ça. Ses yeux, irrités par la cassure de cet hypothétique moment de bien-être, dérivèrent de nouveau vers l’homme qui l’avait jusque-là accompagné. Son portable vibra, elle n’y prit pas attention, trop occupée à contempler les écritures que le vieux sénile était en train de dessiner dans l’humidité terrestre friable.

Wow… Ca formait une phrase, enfaite. Enfin une sorte de phrase, mais Tsuzune avait bien comprit l’essentiel. Contrairement à ses apparences de putes, elle est loin d’être conne, cette pauvre fille. On va dire que son contexte environnemental l’a juste pas mal détruite, voilà tout.
    « Putain mais t’es qui au juste toi… ? » fait-elle en se reculant de deux pas, sur la défensive, maintenant.
Il y a combien de choses qu’on lui a cachées volontairement, encore ? Histoire qu’elle rigole jaune un petit peu.


J'écris en #91283B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Geraldo S.Grande Plaza
La Trituradora
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 18/03/2013

MessageSujet: Re: Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]   Mar 18 Juin - 14:48


    J’ai si peur. Ca faisait longtemps que je n’avais pas autant eu peur. Avec ce que j’ai vécu, je n’avais plus grand-chose à perdre. Et maintenant qu’elle est là… Je ne peux empêcher une nuée de papillons s’agiter dans mon ventre. Moi qui ne suis pas quelqu’un de nerveux, j’ai presque l’impression de trembler. Surtout quand je la vois reculer, sur ses gardes.
     
    Je soupire, non pas à cause de sa réaction, mais plutôt par la complexité de l’histoire de leur famille. La difficulté – autant à cause de mes problèmes de communication que de ma culpabilité – à lui raconter tout ça m’effraie. De plus, devrais-je lui dire la vérité ? Ou le mensonge dont tout le monde m’accuse ? Autant lui raconter ce que tout le monde croit. Ce sera bien plus simple. Et si elle ne souhaite plus me voir, j’aurais eu ce que je mérite.
     
    Je forme à nouveau des phrases dans le sable, car je ne me sens pas capable de prononcer un seul mot sans l’écorcher, et donc probablement l’agacer. J’écris les mots « grand-père », ainsi qu’une flèche allant vers moi. J’espère qu’elle ne s’enfuira pas, alors je me lève, comme pour me préparer à la rattraper. J’inspire un bon coup, et me surprends à prendre la parole :
     
    « N-ne, p-pa-r-s p-pas. » Ridicule. Mais je dois mettre ma fierté et ma honte de côté, pour ne pas perdre à nouveau un membre de ma famille.
     
    « T-ta m-m-ère. M-ma fi-lle. Ne v-veut pl-us m-me p-par-ler. »
     

    Je fronce les sourcils et ferme les yeux un instant, histoire de reprendre ma concentration et de calmer mes tremblements. Je me sens tellement pathétique, pour tout. Et pourtant, je veux croire qu’elle est différente.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuzune Nandekara
Ado émancipée à problèmes
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 18/03/2013

Vida privada
Age: 17 ans
Statut: Célibataire
Profession: Âme errante & droguée

MessageSujet: Re: Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]   Mer 17 Juil - 16:11

[HRP :PARDON POUR LE RETARD ;;]

La métisse se sentait franchement mal à l’aise, là, tout de suite. Il faut dire que l’ambiguïté de la situation n’aidait en rien à l’aider à se calmer. C’était un tumulte d’émotions, montant en crescendo dans sa poitrine. Elle n’est pas douée avec ses émotions, à vrai dire, elle ne sait plus comment s’y prendre. Ca faisait partie de l’innocence qu’elle possédait autrement, celle qui a volé en éclat immédiatement après son arrivée ici. Alors, lorsque la colère, suivit de très près par l’étonnement la prends au ventre, elle ressent une boule naître dans sa gorge. C’est désagréable. Bordel. Elle s’était pourtant promit de ne jamais se montrer si faible face à quelqu’un d’autre, fut-ce-t-il de sa famille de sang ou non. Quoi que.

Dans les faits, pour dire l’absolue vérité, elle ne s’était jamais vraiment préparée à quelque chose de ce genre. Tout simplement parce que ses liens de sangs, hormis ceux qu’elle se devait de supporter quotidiennement en Espagne, telle sa mère, son frère ou ses autres petits morpions sur jambes qui la suivait partout lorsqu’elle s’enfermait à la maison, Tsuzune était persuadée de leur inexistence.

Sa génitrice ne lui avait jamais parlé d’une chose pareille, alors forcément, dans son esprit d’adolescente révolutionnaire, ça voulait juste dire que les potentiels concernés ne pouvait être que morts et enterrés six pieds sous terre, en somme.

Sa respiration s’accélère un peu tandis qu’elle jauge l’individu du regard. En soit, il ne lui semble pas être un menteur invétéré. Ça se soit comme le nez au milieu de la figure qu’il est aussi perdu qu’elle dans cette vague plaisanterie. Sinon bien davantage. Il faut qu’elle se calme, sinon tout va encore partir en vrille, comme d’habitude. Et ça, elle n’y tient pas vraiment. Pa du tout, enfaite. Elle se trouve déjà suffisamment pathétique comme ça.

Son téléphone vibre, la faisant sursauter et reprendre brutalement contact avec la réalité. Elle l’ouvre et remarque déjà quatre appels manqués de la part de son rencard, le fameux dealer. Elle n’avait pas du sentir les autres lorsqu’elle marchait. Sauf que maintenant, elle n’en a plus rien à foutre de sa gueule à lui. Elle est sur les nerfs, encore plus à fleur de peau que la normale. Elle presse le bouton vert et hurle à s’en enrouer la voix.
    « MAIS PUTAIN C’EST PAS LE MOMENT ALORS LACHE MOI MERDE ! »
Et elle raccroche. Comme ça, sans aucune autre forme de procès. Il l’a soulé, bien comme il faut, en plus de ça. Déjà qu’elle est en proie à une multitude de sensations désagréables, inutiles d’en rajouter, ça ne ferait que l’énerver bien davantage. Et pas question d’en arriver là pour le moment. Tsuzune jette alors son mobile au fond de son sac en bandoulière, espérant que l’autre andouille comprenne qu’il pouvait rentrer chez lui. Ou à défaut aller sauter une autre fille qu’elle aujourd’hui. Ce n’est pas comme si elle prêtait spécialement attention aux relations de cet individu ci, elle avait bien mieux à faire, surtout en ce moment.

Avant même qu’elle n’en prenne acte, des larmes épaisses dévalent ses joues, ses pommettes. Elle a soudainement mal au cœur mais tâche de le contenir, ce n’est pas encore trop grave, elle peut faire sans ses doses médicales pour l’heure. Son faciès affiche alors des chemins luisants sous les rayons du soleil. Elle plante son regard, féroce, dans celui de son homologue et se rapproche de lui. Elle a soif de savoir.
    « Pourquoi ? C’est tout ce que je vais te demander pour l’instant. J’veux juste avoir pourquoi. Et plus de mensonges, on m’en raconte bien suffisamment depuis que je suis gosse, alors je n’admettrais pas ça venant de toi, qui que tu puisses être, au final. »

Claire, nette, précise. Du Tsuzune tout craché. Bitch please.


J'écris en #91283B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Geraldo S.Grande Plaza
La Trituradora
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 18/03/2013

MessageSujet: Re: Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]   Jeu 8 Aoû - 15:12

    Je crois n’avoir pas ressenti autant d’émotion – toutes à la fois, en plus – depuis des lustres. Ce n’est pas que j’ai réprimé mes sentiments pendant mes années passées en prison, mais elles ne m’ont juste pas servi à grand-chose jusqu’à aujourd’hui. J’aurais préféré ne pas en avoir et ressembler à un monstre froid et insensible, comme beaucoup l’ont pensé, et le pensent encore.
    Je n’ai pas peur de grand-chose, ou peut-être de tellement de choses… Mais là, je crois que c’est le pire. Je la regarde me fixer, me dévisager, digérer ce que j’ai à peu près réussi à dire. Puis finalement, elle sursaute, alors je sursaute à mon tour. Je la regarde surpris. Ce n’est que son téléphone. Va-t-elle partir ? En tout cas, elle a l’air de répondre à l’appel…

    Sauf qu’elle se met à hurler. Encore une fois, je fais les yeux ronds, et suis presque effrayé de sa réaction. Quoique je puisse la comprendre. Ses larmes aussi. Sont-elles de colère, de tristesse ? Pas de joie, ça c’est clair. Mais au vu de son regard, c’est sûrement de la colère, finalement.

    Lui dire la vérité ? La vraie vérité, ou la vérité que tout le monde aime à croire ? Si je lui raconte ce qu’il s’est réellement passé, elle va penser que je me défile, ou que c’est un mensonge… Mais pourtant, je ne veux pas lui mentir. Je ne veux pas encore qu’une personne de ma famille puisse penser que j’ai fait tout ça. Mais même dans la Vérité, je ne suis pas qu’une victime. J’espère qu’elle m’acceptera malgré tout ça.

    Je me redresse de toute ma hauteur, et bien que je me doute qu’elle n’a pas que ça à faire, lui fais signe de patienter. Je m’en vais alors en courant, non pour fuir cette fois ci. J’aurais pu lui demander ce que je cherche, mais je préfère m’en acheter un. Ca lui évitera de rentrer chez elle. En effet, je suis parti chercher un cahier et un stylo, tout simplement. Heureusement que beaucoup de magasins en vendent, et qu’il y en a à proximité. Bien que je lui ai fait perdre au moins quinze minutes de son temps, au bout desquelles je reviens plutôt essoufflé.

    Heureux qu’elle soit toujours là, je m’assieds à deux mètres d’elle, dans le sable, et me mets à griffonner une tonne de choses à une vitesse que je ne m’aurais jamais cru capable d’accomplir. J’y écris – en résumé – la vérité. Celle que personne ne connaît à part moi, et mon ancien camarade de chambre. Qu’elle me croit ou pas, je me dis que je n’ai plus rien à perdre, de toute façon. Je lui raconte que c’est moi qui suis allé me fourrer dans ces histoires, que je me suis fait manipuler, mais que j’ai aussi tué quelqu’un. Je tente de n’omettre aucun détail. Ecrire tout ça est à la fois excitant et très douloureux. L’expression de mon visage entre la joie et la tristesse. Une fois terminé, je ferme le cahier, et le pose à côté de moi. A elle de choisir si elle veut toujours en savoir plus.



[HRP : Sorry aussi pour le temps ;n ; En plus je sais pas si la donzelle aurait réellement attendu 15 min, mais j’espérais que oui alors j’ai un peu agi sans ta permission D :]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuzune Nandekara
Ado émancipée à problèmes
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 18/03/2013

Vida privada
Age: 17 ans
Statut: Célibataire
Profession: Âme errante & droguée

MessageSujet: Re: Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]   Ven 15 Nov - 12:50

Cette journée n’aurait pas dû différer des autres. C’aurait dû être comme une horloge bien réglée, point final. Pourquoi est-ce qu’il a fallu que ça change ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Tsuzune ne comprend pas. Et pourtant elle voudrait. Bordel, c’est donc si compliqué de connaître la vérité sur ses origines ? Ca ne devrait même pas être permis. Après tout ce qu’elle a traversé et ce qu’elle traverse encore, pourquoi est-ce qu’on semble vouloir s’acharner à toujours lui mettre des bâtons dans les roues ? C’est chiant, franchement. La lassitude n’a plus de limite, maintenant.

L’homme écrit, comme absorbé par son propre récit. Allons bon, il entre en transe ? Si oui, ce n’est pas la métisse qui ira lui chercher un exorciste, qu’il se démerde tout seul. Quoi que… Au fond elle a vraiment envie de savoir qui est ce bonhomme. Il l’intrigue. Et bizarrement, elle se sent en sécurité avec lui. Comme jamais elle ne s’était sentie auparavant, pour être honnête. Enfin bon, elle a déjà réussie à patienter le temps que Monsieur aille se chercher un calepin, elle peut bien prendre sur elle encore un peu, non ? Ouai, elle va essayer de se faire à l’idée du mieux qu’elle le peut. Ce sera déjà ça de gagné dans l’histoire. Si ça se trouve, elle se couchera moins conne ce soir. Alors elle tente l’aventure.

Il finit par poser le carnet sur le sable, juste là. La Nandekara a juste l’impression d’avoir sous les yeux une sorte de boîte de Pandore. Un peu comme si elle allait regretter d’y jeter un coup d’œil. Mais bon, l’adolescente étant ce qu’elle est, rien ne l’aurait fait changer d’avis. D’un geste vif et contrarié, elle prend l’objet et l’ouvre sans aucune délicatesse. Elle prend place de façon plus confortable sur le sable. Et elle lit. Elle est perdue. Chaque ligne signe un pas de travers.

Putain, mais pourquoi on ne lui a jamais dit ça ? Elle rage. Ses poings se serrent sur l’objet. Elle se redresse et cri un bon coup avant de jeter le calepin à la mer. Elle s’en fout du reste. Son cœur bat vite. Elle se tourne vers l’autre individu pour tout jeter à la figure.
    « Je savais que ma mère était une pute mais à ce point-là je n’aurais jamais imaginé ! Putain mais pourquoi elle a fait ça alors qu’il y avait encore des gens chez qui je pouvais encore atterrir sans me faire jeter ?! »
Tout s’embrouille dans sa tête. Ses jambes la lâchent, elle retombe pathétiquement sur le sable humide. Et elle pleure. Et elle a mal. Dans tous les sens du terme.
    « Bordel de merde, j’aurais jamais été qu’un putain de caprice pour elle. J’en ai marre, j’veux mourir. Qu’on me foute la paix une bonne fois pour toute au lieu de me torturer continuellement. »
Ses doigts se resserrent sur une poignée de sable mouillé. Comme si ça pouvait atténuer la souffrance. Mais, laquelle ?

[PARDON POUR LE RETARD C'EST INEXCUSABLE QWQ ♥]


J'écris en #91283B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le choc des générations [PV Tsupuce ♥]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opérations psychologiques/AL-QUAIDA EST-IL EN IRAK?
» 13 opérations de chirurgie cardiaque en 10 jours
» Peste et Tempête, tandem de choc...
» Les USA mènent des opérations militaires secrètes en Iran
» Un duo de choc pour une mission de choc ? [Rang C | Genzö]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un Rayo de Sol :: NATURALEZA :: » La costa: :: Résidences & Hôtels-
Sauter vers: